Notre blog

L'actualité de l'association.

Visite de travail effectuée à la société Sosucam, 27 juin 2018

INTRODUCTION

Dans le cadre de sa mission, qui repose sur la protection du consommateur, une délégation de la Chambre Nationale des Consommateurs du Cameroun (CNACOC) s’est rendue dans les installations de la SOSUCAM, pour une visite de travail, le mercredi 27 juin 2018, sous la houlette de son président, Monsieur Calvin NYA.

A son arrivée sur le site de Mbandjock, cette délégation été accueillie par Monsieur Jean-François NTSAMA, Directeur Commercial et Marketing, et aussitôt orientée en salle de réunion. C’est alors aux alentours de 10h05mn, que la séance de travail a véritablement commencée.

Etaient présents : une équipe de la SOSUCAM, avec à sa tête le Directeur commercial et de Marketing, entouré de la responsable Qualité, du Responsable de la Cellule de Communication, du Responsable RSE, d’une part ;

et d’autre part, l’équipe de la CNACOC, constituée de son Président ; du Responsable Normes et Qualité ; du Responsable Communication, Coopération et Partenariat ; du Responsable Promotion et Vulgarisation des droits du consommateur ; d’un délégué du Ministère du Commerce, et consultant permanent à la CNACOC; et d’une équipe de reportage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir la galerie photo de la visite ->

 

Les axes de l’ordre du jour portaient sur :

I : USINE DE MBANDJOCK
Les axes de l’ordre du jour portaient sur :

  • Séance de travail et échanges ;
  • visite Agglomérie-Petit conditionnements
  • visite Magasin à sucre
  • visite irrigation
  • transfert NKOTENG
  • Visite de l’usine;
  • Recommandations

II : USINE DE NKOTENG

  • visite usine
  • visite magasin à sucre

III : DIFFICULTES RENCONTREES PAR LA SOSUCAM
IV- RECOMMANDATIONS

 

SEANCE DE TRAVAIL ET ECHANGES

Avant l’ouverture des travaux, Monsieur le Responsable Communication, Coopération et Partenariat de la CNACOC, a relevé le mécontentement de la CNACOC du fait que la feuille de route « imposée » par la SOSUCAM ne couvrirait pas entièrement les termes de références de cette sortie de la CNACOC qui, avaient un certain nombre d’attentes à satisfaire face aux inquiétudes des consommateurs dont ils sont le porte-parole.  Notamment en ce qui concerne la pénurie du sucre sur le marché camerounais et la mise en œuvre de sa politique de protection du consommateur. Ceci, afin de permettre à tous les consommateurs, à l’issue de cette rencontre, d’être rassuré, non seulement sur la qualité, mais aussi, et encore plus, sur la disponibilité du sucre sur le marché.

Prenant la parole, le président de la CNACOC après avoir proposé à son équipe de souscrire à l’ordre du jour, a rappelé que l’équipe qu’il conduit, était venue pour toucher du doigt les réalités de SOSUCAM, étant entendu que la protection du consommateur est universelle, en vertu de la Résolution N°39/248 du 16 avril 1985 de l’ONU sur les Principes Directeurs de la Protection du Consommateur (PDPC). Une résolution à laquelle les pays africains ont adhéré, et c’est dans les années 90 que la CNACOC est entrée en jeu. Pour le cas du Cameroun, il y avait un vide juridique en la matière, jusqu’à la promulgation de la Loi-cadre N°2011/012 du 12 mai 2011 portant Protection du Consommateur au Cameroun.

Sur la même lancée, l’équipe permanente de la CNACOC a ajouté que cette association n’est pas venue chez SOSUCAM, pour lui faire un  procès, mais plutôt pour s’assurer de la disponibilité du sucre dans leur usine, susceptible de satisfaire le grand besoin des consommateurs camerounais.

Pour rentrer dans le vif du sujet, le Directeur Commercial et Marketing a tenu a commencé cet échange avec la CNACOC en nous présentant la société SOSUCAM de son historique à sa politique QSDA, en passant par sa composition en terme de ressources humaines et sa capacité en terme d’infrastructures.

La CNACOC apprendra donc qu’à ce jour, la SOSUCAM compte près de 8500 employés, dont 2500 sont permanents ; deux usines dont une à Mbandjock et une autre à Nkoteng.

Par ailleurs, le Directeur Commercial et Marketing de la Sosucam a saisi cette occasion que lui est offerte, pour faire part à la CNACOC d’un certain nombre de préoccupations. Il s’agit, entre autres, de la loi de finance qu’il trouve trop stricte et impitoyable, de la méconnaissance du sucre par les consommateurs camerounais, des problèmes liés à l’hydrométrie, ainsi que des problèmes liés au contenant pour ce qui est du sucre en morceau.

S’agissant de la production à la SOSUCAM, celle-ci est estimée à près de 40 000 tonnes de sucre en morceau,  dont 160 000  tonnes de granulés et 95 000 tonnes destinés au petit consommateur, au prorata de 8.5kg /an/habitant.

Toujours selon le Directeur Commercial et Marketing de SOSUCAM, celui-ci affirme n’avoir jamais demandé l’arrêt de l’importation du sucre. A la suite de ce démenti, il  a d’ailleurs saisi cette opportunité pour exiger la régularisation des importations, tout en mettant à disposition de la CNACOC, un relevé des principales résolutions adoptées à l’issue de la réunion du Comité de régularisation de la filière sucre du 09 février 2018. Une assise qui a eu lieu à la demande expresse des opérateurs de la filière.

 

Visite agglomérie et petits conditionnements

La visite d’agglomérie et petit conditionnement a permis à la délégation de la CNACOC de constater que de nombreuses personnes s’activaient rigoureusement autour des différentes machines pour assurer les différentes mises en conditionnement du sucre en poudre, du sucre en morceau. Ceci, dans le respect stricte des normes d’hygiène et de sécurité.

 

Visite magasin à sucre

La CNACOC a eu le plaisir de découvrir un important magasin de vaste superficie,  dans lequel étaient empilés des sacs de sucres à perte de vue qui, à en croire  le responsable qualité de SOSUCAM, sont  des provisions datant de plus de 6 mois, soit depuis le mois de janvier.

 

Visite irrigation

La visite de ce vaste projet  d’irrigations mis, a permis à la délégation de la CNACOC de constater que la SOSUCAM a mis sur pied des techniques adéquates pour  booster la production des cannes à sucre, dans l’unique souci de satisfaire à la demande sur le marché national.

 

Transfert NKOTENG

Après le déjeuner offert par SOSUCAM, le convoi que constituaient l’équipe de la CNACOC d’une part et celle de la SOSUCAM d’autre part, a poursuivi la visite vers l’autre usine à Nkoteng,  sur une route aménagée reliant l’usine de MBANDJOCK à celle de NKOTENG. Tout au long de ce parcours, la délégation de la CNACOC a été émerveillée par les gigantesques étendues de champs de canne à sucre ; matières premières de la Sosucam.

 

Visite usine de NKOTENG

La CNACOC a pu toucher du doigt l’ensemble du processus de fabrication du sucre,  qui commence par l’arrivée des cannes en tiges dans des camions, qui doivent passer par une  impressionnante machine à laver, pour être ensuite transférée à la coupeuse, qui a son tour renverra la canne dans une énorme broyeuse…

Autant de procédures qui rentrent dans la transformation de la canne au produit fini qui est le sucre, et dont la technicité a été appréciée à sa juste valeur par la CNACOC.

 

Visite du 2ème magasin de SOSUCAM

La visite du magasin s’est faite avec des échanges. Des explications sur la chaîne de production ont été données par le Directeur commercial et marketing et ses collaborateurs. L’occasion a été donnée de constater que SOSUCAM dispose d’une usine et d’un laboratoire complet, ainsi que d’un personnel formé et suffisamment outillé et passionné par leur métier. Avec à la clé, une  partie des déchets de canne qui est recyclée en énergie, afin d’approvisionner la SOSUCAM en électricité, et l’autre partie en engrais naturel,  pour fertiliser les champs de canne.

 

DIFFICULTES RENCONTREES PAR LA SOSUCAM

A l’issue des échanges, la SOSUCAM a déploré la spéculation de mai 2017, ainsi que le jeu trouble des douaniers au niveau des frontières, particulièrement celle de Kousseri. Toujours dans ce cadre des difficultés rencontrées, elle a émis le souhait de voir la TVA ajustée à 5%; le fichier des contribuables mis à disposition, et  enfin, la régulation des importations

 

RECOMMANDATIONS

A l’issue des échanges, il a été recommandé à la société SOSUCAM

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RESPONSABLE DE MISE EN ŒUVRE

 

1 Etablissement du partenariat CNACOC-SOSUCAM Direction Générale
2 Assistance de SOSUCAM dans les difficultés rencontrées dans l’exercice de la profession CNACOC

 

RECOMMANDATIONS SPÉCIFIQUES RESPONSABLE DE MISE EN ŒUVRE

 

1 Mise en place d’un système de communication active,  afin de communiquer directement avec le consommateur. Avantage :  éviter tout événement de propagande mensongère  en vue de saboter l’image et le prestige de la SOSUCAM, renseigner la SOSUCAM sur l’évolution de ses produits sur le marché national. Direction Générale
2 Ouverture des points de stockage dans les différentes régions afin de palier aux diverses spéculations Direction Commerciale et Marketing

 

Fait à Douala, le 29 juin 2018
LE PRESIDENT DE LA CNACOC
Calvin NYA

 

EQUIPE CNACOC :

  • Monsieur Joël NGONDJI, Responsable des Normes et Qualité
  • Monsieur Francis EYALLA, Responsable Communication, Coopération et Partenariat
  • Madame MINGO Carine, Responsable Promotion et Vulgarisation des droits du consommateur ;
  • Monsieur NDI EBEDE Dieudonné, Représentant CNACOC pour le Centre

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.