Visite de travail à la société BVS SAS

Donate Now

INTRODUCTION

Le lundi 11 juin 2018, ce sont tenus à partir de 10h41 minutes, dans la salle de réunions du département des Ressources Humaines de BVS SAS, les travaux liés à la visite de travail qu’effectuait la Chambre Nationale de Consommateurs du Cameroun (CNACOC)  dans le cadre de la protection du consommateur, suivi d’une visite des installations, sous la présidence de Monsieur Calvin NYA JEPMOU, Président de la CNACOC, par ailleurs Administrateur membre de l’ANOR.

Ont pris part à cette séance de travail : une équipe de BVS constituée du Directeur Trade Marketing, du Responsable National Grande Distribution, du Responsable du Développement des Performances RH, du  Responsable QHSE et du Responsable de l’Usine d’une part, puis de l’équipe de la CNACOC constituée du Président ; du Responsable Normes et Qualité ; du Responsable Communication, Coopération et Partenariat ; du Responsable Promotion et Vulgarisation des droits du consommateur ;du Directeur du journal « Le Consommateur Averti » ; et de l’équipe de reportage.

Le projet d’ordre du jour s’articulait autour des points ci- après :

  • Accueil et installation de l’équipe de la CNACOC ;
  • Visite guidée du magasin CASH & CARRY ;
  • Séance de travail ;
  • Visite de l’usine et échanges ;
  • Recommandations ;

 

ACCUEIL ET INSTALLATION DE L’EQUIPE CNACOC  

A l’arrivée de l’équipe de la CNACOC sur le site de BVS SAS, celle-ci a été immédiatement prise en charge par l’équipe de sécurité en place, puis orientée vers l’accueil où elle a été reçue par Messieurs Jean Calvin IBOCK II, Chef de Département RH, et SergeOWONA, Directeur Trade Marketing.

Après les civilités d’usage, Monsieur le Responsable Communication, Coopération et Partenariat,a tenu à préciser que les travaux devant être menés dans le cadre de cette réunion, procèdent de la Résolution N°39/248 du 16 avril 1985 de l’ONU sur les Principes Directeurs de la Protection du Consommateur (PDPC) et de la Loi-cadre N°2011/012 du 12 mai 2011 portant Protection du Consommateur au Cameroun.

Aussi, a-t-il rappelé l’objectif principal de ces travaux, notamment de s’assurer de l’effectivité et de la mise en œuvre de la politique de protection du consommateur des produits commercialisés par BVS SAS

Il a ensuite passé en revue le projet d’ordre du jour, qui a été légèrement modifié par la visite,due à la demande du Directeur Trade Marketing de BVS SAS.

 

VISITE GUIDEE DE L’ESPACE CASH & CARRY

D’entrée de jeu, Monsieur Serge OWONA, Directeur Trade Marketing, nous a conduit vers l’espace CASH & CARRY,qui est un espace d’entreposage des boissons, vins et spiritueux, destinés à la vente. Une occasion pour l’équipe de la CNACOC de découvrir la large gamme de produits et d’apprécier le mode d’entreposage.

Il s’agit d’un espace compartimenté en 04, 03 allées bien achalandées, qui déferlent sur une cave à Grands Crus.

  • Sur l’allée centrale, sont disposés exclusivement des vins issus du négoce (import), avec à l’extrême-gauche les produits de marque Castel dont BVS est le représentant exclusif au Cameroun et dans la sous-région CEMAC, et à l’extrême-droite les vins issus des autres partenaires non exclusifs de BVS ;
  • Sur l’allée de gauche, sont disposés exclusivement les spiritueux (whisky et vins effervescents) ;
  • Sur l’allée de droite, sont disposés les vins produits localement,made in Cameroon, et dont les prix varient de 500 à 3 000 Francs CFA;
  • Au niveau de la cave à Grands Crus, l’on a des produits haut de gamme dont les prix vont de 100 000 à 1 500 000 Frs CFA

L’équipe de la CNACOC a été agréablement surprise de constater que les normes liées à l’entreposage, tant sur le plan de l’alignement que sur le plan des distances entre les rayons, ont largement été respectées, l’aération aussi.

 

SEANCE DE TRAVAIL

Le président de la CNACOC a proposé d’asseoir une méthodologie efficiente et méthodique, pour un travail minutieux visant à obtenir les résultats consignés dans la feuille de route que sont :

  • S’assurer que les produits fabriqués et distribuer par BVS SAS sont disponibles et satisfont aux exigences normatives internationales et nationales ;
  • Apprécier les méthodes de lutte contre la vie chère mises en place par BVS SAS ;
  • S’assurer de l’existence et du fonctionnement du service consommateur (service après-vente) ;
  • Apprécier la responsabilité sociétale de BVS SAS et;
  • Identifier les difficultés rencontrées dans l’exercice de la profession.

 

  1. S’assurer que les produits fabriqués et distribués par BVS SAS satisfont aux exigences normatives internationales et nationales

Au premier point des échanges, on a retenu que BVS est une jeune entreprise qui veille à la sécurisation de son site.

Elle affirme détenir un certificat de conformité environnemental, obtenu après une étude des risques environnementaux et sécurité. Le centre Pasteur du Cameroun est leur partenaire scientifique. Par ailleurs, elle bénéficie de l’expertise des laboratoires Castel. Dans tous les cas, tout ce qu’elle fait est examiné au laboratoire.

S’agissant des Ressources humaines, l’usine est constituée de près 77employés salariés, reparties essentiellement dans les domaines de la qualité, la production, la maintenance, la cave et de la logistique.

Toutefois, elle a tenu à signaler qu’avant la visite de la CNACOC, elle avait déjà reçu celle de l’ANOR.

 

  1. Apprécier les méthodes de lutte contre la vie chère mises en place par BVS SAS

En ce qui concerne la lutte contre la vie chère, monsieur Ramez FOLIFACK Responsable National Grande Distribution a rassuré sur la politique des prix de BVS SAS.

Cette politique de prix tient compte de toutes les strates de la société, et varie entre 500 (cinq cents) Francs CFA, pour le plus petit prix, et 1 500 000 (Un Million cinq cent mille) Francs CFA, pour le prix le plus élevé. S’il est vrai qu’au niveau des gammes, il y’en a pour toutes les bourses, il est tout aussi vrai qu’il y a un standard de qualité qui est garanti à tous les consommateurs.

Toujours sur cette même lancé, il a relevé que la BVS SAS ne ménage aucun effort pour s’assurer que ses produits soient disponibles,et qu’en plus de cela, ils soient dirigés droit vers le consommateur final, via une équipe de veille déployée sur le territoire national dans le but de maîtriser l’inflation des prix.

Concrètement, les produits partent de BVS SAS pour le client, et du client au consommateur final. En clair, chez BVS SAS, il n’y a pas d’intermédiaire. Ce qui facilite la moindre réclamation pour le consommateur, dès lors qu’il est en relation directe avec l’entreprise.

 

  1. S’assurer de l’existence et du fonctionnement du service consommateur (service après vente) ;

Bien qu’ils nous aient rassurés de leur volonté à rester à l’écoute du consommateur, la CNACOC  a constaté tout de même que quelques efforts restent à fournirpour ce qui est du service consommateur qui devrait être un service à part entière. Même si cette entreprise bénéficie de quelque excuse de jeunesse.

 

  1. Apprécier la responsabilité sociétale de BVS SAS 

Sur cet aspect, la CNACOC retient que BVS SAS compte en ce jour près de 231 salariés, dont plus de la moitié est à sa première expérience professionnelle. Par ailleurs, BVS se positionnecomme étant l’une des premières entreprises à employer,à temps plein, des hôtes et hôtesses tous salariés et affiliés à la CNPS, selon le Directeur Marketing.

La CNACOC note aussi que l’entreprise à lancé sa fondation en février et se propose d’innover en termes de RSE par des projets novateurs en gestation.

 

  1. Identifier les difficultés rencontrées dans l’exercice de la profession.

Dans le chapelet des difficultés rencontrées dans l’exercice de la profession, le Responsable National Grande Distribution a évoqué succinctement : La porosité des frontières (contrebande), le peu d’actions coercitives menées par l’Etat, et la contrefaçon.

 

VISITE DE L’USINE ET ECHANGES

La visite du site de production s’est faite avec des échanges, des explications sur la chaîne de production a été données par Madame Margot DORE.

La visite s’est faite à travers la passerelle dédiée à cet effet et une mission reviendra sur le site pour une visite technique plus approfondie afin de toucher du doigt la réalité des dispositifs d’Hygiène, Santé, Qualité mis en place dans cette jeune entreprise.

 

RECOMMANDATIONS

A l’issue des échanges, les recommandations suivantes ont été formulées :

 

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RESPONSABLE DE MISE EN ŒUVRE
1 Mise à disposition de toutes les pièces demandées par la CNACOC (grille des prix légalisées, liste des partenaires, copies des franchises légalisées) Direction des ventes
2 Etablissement du partenariat CNACOC-BVS SAS Direction Générale
3 Devenir membre de la CNACOC Direction Générale
RECOMMANDATIONS SPÉCIFIQUES RESPONSABLE DE MISE EN ŒUVRE
1 Port des EPI (combinaisons, chaussures de sécurité, casque, gants, lunette, bouchons d’oreilles…) réglementé obligatoire dans l’usine de production DQHSE
2 Accentuer la signalisation sur le site abritant BVS SAS DQHSE
3 Vulgarisation des plans d’évacuation et accentuation du matériel de protection incendie DQHSE
4 Mise à niveau du personnel au niveau de la manutention Responsable de l’Usine
5 Mise en place d’un service consommateur placé sous la direction des ventes  qui sera en charge de la gestion des réclamations Direction Générale

Fait à Douala le 13 juin 2018

LE PRESIDENT DE LA CNACOC

Calvin NYA

EQUIPE CNACOC :

  • Monsieur Joël NGONDJI, Responsable Normes et Qualité
  • Monsieur Francis EYALLA, Responsable Communication, Coopération et Partenariat
  • Madame MINGO Carine,Responsable Promotion et Vulgarisation des droits du consommateur ;
  • Monsieur Pierre Marie PONE, Rédacteur en Chef du journal ‘’Le Consommateur Averti’’